BIBLIOTHÈQUE LAUSANNE

Lausanne (Suisse)

  • LAUSANNE (SUISSE)
  • MAISON DU LIVRE ET DU PATRIMOINE DE LAUSANNE
  • BÂTIMENT-PONT VIGIE GONIN
  • SALLE DE LECTURE, ARCHIVES, AUDITORIUM, CAFÉTÉRIA, PAYSAGE
  • CONCOURS : 2012
  • MAÎTRE D’OUVRAGECaisse de pensions de la commune de Lausanne
  • SURFACE8 834 M²
  • COÛT28,45 M€
  • ARCHITECTE ASSOCIÉMoussafir Architectes (Mandataire) - Susanna Fritscher (Artiste)
  • PHOTOGRAPHE© Luxigon

Ménager une poche de verdure, un creuset de silence et de lumière :

L’emplacement choisi pour la nouvelle Maison du Livre et du Patrimoine se situe sur la limite de la vallée naturelle creusée par le Flon, ancien cours d’eau remblayé à l’ère industrielle avant de devenir un espace délaissé en plein cœur de la ville sur lequel on a édifié des hangars transformés en lieux culturels alternatifs. On perçoit encore çà et là, bien que le quartier soit en pleine urbanisation, des fragments de ce creuset de verdure en lisière de la ville. L’esprit du lieu transparait encore dans le talus boisé à forte pente qui délimite le terrain au sud et qui a survécu au défrichement de l’industrialisation de la vallée du Flon en raison de sa topographie escarpée.

Cette situation à flanc de coteau est le premier élément marquant du site, mais il y en a un second tout aussi déterminant qui est la couverture du terrain par le viaduc routier. La mise en œuvre de cette infrastructure de génie civil illustre la problématique urbaine de la connexion entre la ville basse et la ville haute, et offre un potentiel spatial très spécifique qui détermine l’identité du nouvel équipement.

L’espace situé sous le tablier du pont résultant de cette topographie en creux est propice à la création d’une intériorité, à l’éclosion d’un lieu calme et serein sous les trépidations de la ville. Notre proposition exprime l’esprit du lieu en ce qu’elle ménage une poche de nature et de verdure au cœur même du système routier et crée un creuset de silence et de lumière au centre de la ville.

Renforcer la présence végétale sur le site :

Le projet de « Bâtiment – Pont », pour s’intégrer dans son environnement, doit préserver, voire accentuer le caractère paysagé du flanc de la colline Nord en offrant une vue transversale nord-sud à travers le bâtiment. Nous avons prévu le remodelage puis le reboisement du talus existant afin de restituer la masse végétale défrichée lors de la construction du viaduc et assurer la lente et douce transition entre l’espace végétal de la colline de Montbenon et l’espace minéral de la plateforme du Flon. Ce talus incliné à 45/60° est creusé pour créer une seconde façade et augmenter l’apport de lumière dans le bâtiment. Intégralement vitré sur ses longs côtés, le bâtiment perd sa massivité pour devenir une fenêtre urbaine ouverte sur la nature. Cette transparence de part en part met en tension l’élancement de l’ouvrage d’art et la verticalité du jardin qui relient la ville haute à la ville basse. La topographie du jardin se prolonge à l’intérieur du bâtiment comme une « coulée de terre » ludique qui se répand sur le sol du R-1, devenu le niveau de référence de l’édifice.