PARC ZOOLOGIQUE

St-Pétersbourg (Russie)

  • ST-PÉTERSBOURG (RUSSIE)
  • PROJET LAURÉAT
  • CRÉATION DU PARC ZOOLOGIQUE DE ST-PÉTERSBOURG
  • AMÉNAGEMENTS PAYSAGÉS, SERRES, EXPOSITIONS, LOGES ANIMAUX, AUDITORIUM
  • BOUTIQUES, RESTAURANTS, BUREAUX, HÔTELS, CENTRE VÉTÉRINAIRE ET LOGISTIQUE
  • MAÎTRE D’OUVRAGEVille de St-Pétersbourg (Russie)
  • PAYSAGISTE ASSOCIÉTN+ Paysagistes
  • SURFACE96 HA (Zoo) - 300 HA (Site)
  • COÛT287 M€
  • PERSPECTIVE© Artefactorylab

Immense étendue vierge et excentrée du centre historique, le site du nouveau zoo de Saint-Pétersbourg n’est pourtant pas isolé. Sa situation le désigne comme étant un futur lien entre la ville, la Russie occidentale et ses pays voisins. Une histoire caractérise ce vaste territoire : zone de protection de la réserve naturelle de Yuntolovskiy, lieu de promenade des riverains, berceau d’une faune et d’une flore exceptionnelles, ces atouts ne doivent pas être écartés. Le projet s’implante en respect de ces éléments, sur un tiers du terrain, laissant libre et intact une grande partie du site. Il vise à mettre ainsi en place une démarche soucieuse de son environnement : la protection efficace de la biodiversité par la compréhension de son histoire. C’est sur ce postulat que le concept du nouveau zoo de Saint-Pétersbourg est né. L’idée principale du projet réside dans la réunification comparative de biotopes, autrefois liés mais aujourd’hui séparés : à travers chaque continent, un échantillonnage symbolique d’espèces est proposé afin de créer l’illusion d’une reconstitution de la « Pangée ».

L’archipel ainsi composé représentera l’Asie de Sud Est, l’Afrique, l’Australie, l’Amérique du Sud, l’Amérique du Nord et l’Eurasie, ces deux dernières étant reliées par les banquises du Pôle Arctique. Grâce à la présence abondante d’eau sur l’actuel site, une organisation insulaire des milieux est particulièrement bien adaptée. Les îles sont visibles dès l’entrée, elle-même positionnée dans la perspective du canal menant au golfe de Finlande. Chaque enclos fera donc partie d’un paysage global qui s’inspirera de son milieu d’origine. La topographie, la couverture végétale, l’hydrographie donneront l’impression au visiteur qu’il est effectivement dans les savanes de l’Afrique Subsaharienne ou dans les pampas d’Amérique du Sud. Les constructions architecturales quant à elles s’intégreront dans le paysage des îles, camouflées ou clairement visibles selon leur destination. Spécifique à chaque île et le continent qu’elle représente, l’architecture s’exprimera par des objets aux formes simples mais singulières et résolument contemporaines.